C’est encore loin ?

Dis…toi, oui, toi, celui ou celle qui gère nos vies comme un enfant décide quel playm@bil va se faire manger par un dragon…c’est encore loin ? Je veux dire : c’est encore loin, le bout du tunnel ?

Il y a 2 ans et demi Monsieur Papa était un rescapé. Il l’est toujours. Vichnou merci. On ne peut pas vraiment en dire autant de notre couple…. A 47 ans et à 8 ans et demi du coup de foudre qui nous réunissait Monsieur Papa et moi, on peut dire que je suis une femme pas vraiment heureuse, pas vraiment épanouie, éteinte, fatiguée, voire épuisée.

Partager la vie de quelqu’un qui survit au cancer c’est partager sa vie avec un humain qui ne sera plus jamais comme avant. Moi mon survivant est devenu profondément égoïste, désabusé, malheureux, agressif, dépressif. Il consulte depuis peu. Il s’en fout, il n’aime pas les psy(-chologues -chiatres -chanalystes), il n’aime plus sa vie, il est devenu l’ombre de lui-même depuis que son membre viril ne l’est plus. Même s’il fait partie des 5% de patients qui réagissent aux placébos et ont de grandes chances de recouvrir tout ou partie de leurs activités sexuelles. Moi je suis une épave, une femme qui s’éteint, qu’on éteint, une mère qui n’a plus de patience, qui s’englue dans le quotidien, qui se demande si elle sera à nouveau heureuse, si elle l’a jamais mérité.

Depuis un et demi j’enseigne, j’ai passé le cap du jury interne qui recrute les suppléants dans le privé, et c’est ma seconde rentrée dans une classe de GS/CP. En ZEP, je me donne à fond, et rentrée à la maison je ne reçois aucun mot de réconfort ni d’encouragement. Mes heures passées à préparer mon travail de classe dérangent, je ne suis plus disponible, alors je suis à ses yeux égocentrique…Si seulement il savait, s’il avait vu mes parents, enseignants, se motiver mutuellement, se féliciter des travaux effectués, des résultats obtenus. S’il savait seulement combien je souffre d’être si mal aimée.

A quoi sert de le dire ?, je l’ai tant dit, après avoir patienté, après avoir soigné, consolé, rassuré, pansé les plaies que je pouvais atteindre. Je l’ai écrit. Je l’ai crié. Je l’ai murmuré et j’ai tant pleuré. Je pleure même là, en écrivant, seule dans mon bureau, enfin seule…tandis que père et fille se promènent.

Ma fille, 6 ans et demi bientôt, qui a fait sa rentrée en CP/CE1, avec 4 autres du même âge et pour qui cette année les emmènera directement en CE2. Ma fille qui comprend tant de choses, qui est devenue infernale, qui jette à la figure de son père qu’elle le déteste, et que moi aussi je lui casse les pieds. Consulter? Bien évidemment…pour s’entendre dire que tout cela est mauvais, ces disputes, ce mal être d’adultes. Et ensuite… Je lui parle si souvent à ma fille, de ce que nous avons traversé et traverserons encore, de combien nous l’aimons, mais combien nous sommes fatigués, épuisés, et que nous l’entendons. Du moins, je l’entends, Monsieur Papa beaucoup moins.

Fuir au travail tous les matins. Revenir la boule au ventre car il sera sans doute de mauvaise humeur, lui qui comme il le dit fut abattu en plein vol, il s’ennuie, il se sent inutile et en veut à la terre entière.

Attendre que ma chérie soit couchée et dorme, fumer seule dans la cuisine, car il s’endort devant le foot ou n’importe quel programme masculin qui m’horripile, pleurer en silence sur un sudoku et me dire que non, vraiment, je ne sais pas pourquoi je mérite tout cela… Et l’aimer encore…pourtant.

Publicités

On avance…

   Ça c’est Monsieur Papa, la tête en bas parce qu’il est couché (« la tête en haut, maman, il serait debout! »…ma fille, cette cartésienne…), avec des pansements sur le ventre, des fils et au bras un gros hématome.

Monsieur Papa a été opéré. Il va bien, enfin, tout va bien sauf son moral. Très fluctuant. Mais il est passé à côté de la Grande Faucheuse, la tumeur vue aux IRM et biopsie avait doublé de volume et une autre, la sal@pe, encore plus grosse était apparue en moins de 3 mois (délai entre la biopsie et l’opération). Selon le chirurgien, à un mois près nous entamions non plus un processus de guérison mais de prolongation de vie sans trop d’espoir…. Merci, merci Dieu, Vichnou, Gaïa, anges gardiens et merci la médecine. Merci Docteur F. aussi…. Déjà que vous avez un charme fou, alors si en plus vous sauvez ma moitié, je vais vous aimer aussi…

Il ne devrait pas y avoir de radiothérapie, pas de chimio. Il faudra du temps, ça oui…pour remédier aux effets secondaires, incontinence et impuissance. 4 à 6 mois pour l’un et 12 à 24 mois pour l’autre. Il n’est pas patient, je suis donc sur les rotules. Je suis épuisée, moralement, émotionnellement et physiquement. 

Mais j’ai retrouvé du boulot….et donc je m’en fiche, car depuis le 1er avril et après avoir poursuivi la conseillère pôle emploi pour obtenir une liste de poste CUI (je l’ai limite harcelée par mails), après avoir décroché le graal (une offre à moins de 25 minutes de chez moi), passé 2 entretiens dans cette école, je suis donc pour un an Assistante de Vie Scolaire, auprès de 3 enfants. Niveau maternelle pour un enfant trisomique, niveau CE1 pour une petite dyslexique dyspraxique et niveau CM1 pour un garçon hyperactif.

Je suis très heureuse d’y être arrivée, d’avoir été embauchée parmi dix candidates, pour mes compétences, mon expérience, et pas du tout refoulée car diplômée en Belgique, ce que l’Education Nationale fait depuis 5 ans. Merci l’enseignement privé, merci de m’avoir écoutée et considérée comme un atout potentiel.

Je vais revivre moi aussi. J’ai un visuel sur l’avenir plutôt court, 12 mois. Mais il y a un mois encore je n’avais ni avenir ni espoir. 

Merci aussi pour vos commentaires et messages, merci à Flo pour les textos. Un de ces mercredis (école privée dit semaine de 4 jours…) on pourrait retourner manger en regardant les haubans des bateaux sous le soleil ou la pluie 😉

Je sais que je dois rester prudente,  Monsieur Papa est en voie de guérison. Il restera 12 ans sous surveillance…mais je respire. Après des mois d’apnée je peux vous dire que ça fait du bien…

Non…

…il n’ a aura pas de miracle de Noël. Monsieur Papa a un cancer. De la prostate. Ablation totale obligatoire et sans doute traitements supplémentaires. Une scintigraphie sera faite rapidement, on revoit le spécialiste en janvier, pour discuter de tout cela.

Scintigraphie. Cancer. Opération. Chimiothérapie. Mon passé remonte douloureusement à la surface. Depuis 1991 ce sont des mots qui ont plongé ma vie dans la peur, la colère, les larmes. J’étais la grande fille que l’on protège et dont la maman hélas au bout de 5 ans rendra les armes, il y a 19 ans déjà. Aujourd’hui je suis celle qui partage la vie d’un cancéreux et dont la petite fille de 3 ans et demi devra être protégée au maximum.

C’est un cauchemar, non ? Dites-moi que je vais me réveiller…

Cette entrée a été publiée le décembre 18, 2015. 7 Commentaires

Le goût des larmes.



Monsieur Papa est toujours suivi pour 2 adénomes au foie (tumeurs bénignes, non extractibles, sous haute surveillance).

Monsieur Papa a subi une biopsie de la prostate. Risque de cancer = 1 sur 2.

MOM : diabète, hypertension, essoufflement de type dyspnée stade 4, chute de cheveux, épuisement… = Syndrome de Cushing. Maladie rare, difficilement diagnostiquée, nécessitant une lourde prise en charge.

MOM subi divers examens, radios, scanners, prises de sang, pour connaître la cause et localisation de ce qui provoque l’excès de cortisol produit par ses surrénales, taux maximum x 2 aux dernières nouvelles. Causes plus que probables tumeurs bénignes ou malignes, aux poumons, hypophyse, surrénales. 60 à 70% des cas.

Pendant ce temps là notre fille grandit, sans imaginer la peur et la colère qui nous rongent. Elle surprend parfois nos larmes et nos étreintes un peu plus fortes.

Voilà. Joyeuses fêtes tout le monde.

Cette entrée a été publiée le décembre 15, 2015. 4 Commentaires

Pépite.

Entendre roucouler, en partant, tôt le matin, les tourterelles qui nichent dans la résidence.
Passer une journée de travail prenante, mais au sein d’une équipe qui regrette déjà de devoir se quitter dans 3 mois.
Déjeuner toutes ensemble, avec la cheffe de projet, discuter, rire…et se voir offrir son déjeuner « parce que vous bossez bien, les filles ».
Rentrer sous le soleil, capote repliée, faire un détour par la digue, s’arrêter…souffler un peu en regardant la mer, les kite surfs qui jouent dans les vagues et le vent.
Récupérer ma fille tout sourire, heureuse de nos retrouvailles.
Revenir à la maison (capote fermée) en l’entendant chanter une histoire de messieurs, madames, qui dansent sur un pont, à Avignon.
Et entendre par la fenêtre de notre chambre chanter le rossignol , tout en préparant les affaires prévues pour demain.
C’était une belle journée…

20150414_165336_p

Poisson d’avril?

e97ab69e

Alors…quand le cabinet de recrutement m’envoie un mail précisant que ma « mission », qui a pris du retard, pourrait commencer mardi prochain, et que je dois envoyer divers documents scannés pour établir mon contrat, pour prendre les devants avant confirmation ferme de la date… J’ai envie de répondre à la gentille dame « est-ce un poisson d’avril? ».

J’ai eu envie de le faire… Mais je me suis dégonflée, et me suis contentée d’obtempérer et de dire « bonne nouvelle! ».

Je suis lâche….

Ma fille continue d’avoir pour le dessin un amour immodéré, ce qui me fait plaisir à double titre. Parfois, pourtant, je voudrais bien avoir le décodeur de ses œuvres…

Nouveau document_1_p« C’est papa, tu vois? Avec son pull rayé ». Je vois bien le pull rayé, le visage, le nez, les yeux, le sourire, le corps, les bras, les jambes… Mais ce machin sur son crâne, ma chérie, ce sont des cheveux et une bosse ou bien?…………………naaaaaan……

Nouveau document 1_1_pEt sinon, mon frigidaire est devenu sa première salle d’exposition, tous les soirs c’est vernissage, et les cimaises sont bien garnies, comme vous pouvez le constater, avec en position principale, bien en vue : « L’homme à la tête de…heuuuuu? »

Ma fille est une artiste. Incomprise, sans nul doute ! 😀

Comment vous dire…

Oui, comment vous dire?

Dans le monde il y a ceux qui ont de la chance, et les autres. Ceux qui sont veinards, et les autres.

Ben moi, je fais irrémédiablement partie de la seconde catégorie!

Nanméoh! Quiquiqui a dit que je commençais un nouveau job le 23 mars, pour 15 semaines ??? C’est mooaaaa ! Et quiquiqui n’a toujours pas signé son contrat « parce que le chantier-projet est en retard et on n’y peut rien » ? C’est mooaaaa…Et quiquiqui se dit que si tout se décale (début et fin, tout ça tout ça)…Je vais me retrouver au boulot tout le mois de juillet, byebye les 10 jours de vacances chez mon papa (heureusement l’ass’mat’ a déjà réservé une place à ma fille), et donc pas de vacances non plus pour mon papa qui en profite alors pour partir 4 ou 5 jours (oui, quand on s’occupe de 15 chats, on ne part pas sans catsitter). Faut espérer que ça ne se décale pas sur août, parce que là, les gars, moi j’ai déjà réservé 15 jours au soleiiiiiil et non, je ne vais pas annuler…

Voilà. Ma semaine de job en mars : niet. Mon petit plus salarial en mars : niet. Et mes 15 semaines d’intérim, ben, on attend, je relance ma responsable au cabinet RH, sont en réunion tous les jeudis. Et? Ben rien. Parce que ça prend du retard, Madame, voilà.

Soupir…………….ça c’est moi : photo 1

Genre « j’ai retrouvé le chemin, sauf qu’il est sous eau » (comme la digue de pas loin de chez moi).

Vous l’imaginez ma déception? Et mon stress? Vous le sentez?

Tout ça n’arrange pas une situation ultra tendue du slip (et du string, ne soyons pas sectaires) avec ma BF tout entière. Dernier sujet (pas nouveau) : le perçage des oreilles de ma fille. J’ai dit non en 2013, parce que moi je déteste ça les bébés filles et les toutes petites filles avec des boucles d’oreilles (si toi lectrice tu kiffes, c’est bien ton droit, mais là on parle de ma fille). Donc, ma BS en parlant en regardant son frère et non moi la génitrice fut bien emmerdée quand je décidai que non, merci, même pas pour le baptême (qui rappelons le devait avoir lieu avant son 1er anniversaire). Le sujet fut débattu en privé et Monsieur Papa comprit que non c’était non, que j’avais bien le droit d’avoir aussi des coutumes familiales, hein ! Chez MOI on perce les oreilles quand la petite fille le demande, et éventuellement pour le passage à l’école primaire, voilà ! Et puis, chez moi, les bébés filles aux oreilles percées ça a toujours eu une connotation négative. Point, barre, sujet réglé.

Ben non…..samedi les femelles de ma BF s’y sont mises en couple, pour seriner que bon, les clous d’oreilles offerts par le parrain en 2014 (pour le baptême…), hein, faudrait les mettre. Que sinon il aurait fallu le dire…. (rappel : je l’ai dit, mais vous n’en avez fait qu’à votre tête, sauf que la mienne, de tête, est plus dure que la vôtre). Donc, de mauvaise foi, les gonzesses ! Mais là, ô miracle, Monsieur Papa qui répond (en voyant mon regard se durcir et mon « non » resté poli mais devenir limite agacé/explosif) « oui mais c’est MOM qui décide, là ». Merci !!!!! Je sais que le sujet reviendra sur le tapis, je sais qu’on a de la suite dans les idées dans cette famille, et qu’en qualité de belle-fille je suis la femme à abattre, quand il le faut. Mais je résisterai, vos coutumes ne sont pas les miennes. Et puis, aucune petite fille aux oreilles percées dans la classe de ma fille  (merci le trombinoscope de la rentrée), et puis, vous la voyez ma poulette, avec des trucs dans les oreilles, et qui la gênent ? Déjà une barrette c’est la misère……sujet clos. Jusqu’à ? Laissez la tranquille, ma fille. MA fille…

photo 3_p

Je vais clôturer ce post écrit en toussant bien fort depuis 3 jours  (la bronchite, celle que mon BP a transmis à tout le monde, tout en précisant que pas vrai du tout, OH! et puis, la bronchite, ma belle-sœur, institutrice maternelle quand même (des études, toussa toussa), elle la classe dans les maladies qu’on attrape quand il fait froid, genre des miasmes, comme au moyen âge..ah? C’est un virus? Un VIRUS ???? Ah bon????? Comme la grippe???? Donc ça se transmet d’humain à humain?????? Sérieux???? Oui, vous avez bien lu…Ma BS est une conne).

Mon charmant BP qui, apprenant que l’ass’mat’ ne serait pas là aux vacances de Pâques pour s’occuper de ma fille (je travaille, enfin, logiquement..) car partant rejoindre sa famille pour 15 jours ( elle est l’épouse d’un petit cousin, pas une inconnue, donc), et qui a le terrible défaut pour lui d’être asiatique (des gens pas comme nous… bien quand même de la part d’un italien qui a subi le racisme primaire en arrivant en France dans les années 50′), l’ass’mat’, donc, disais-je, pour lui, se permettait quand même de partir souvent ! (les congés, connait pas, le vieux). J’explique que là elle part seule, sans mari et (grands) enfants, pour son Asie natale, revoir sa maman, qu’elle n’a plus vue depuis 3 ans. Réponse de mon BP : ‘ »ah? et elle peut pas loui envouyéééé oun photo, sa mèrrre? » Et ma main dans la gueule je te l’envoie par colissimo? Lui qui ne supporte pas qu’on ne passe pas tous les jours (comme fifille), lui qui trouve qu’on lui manquera de respect si on l’évite un samedi because of the virus de la grippe et de la bronchite?

J’en ai marre.

Je les déteste. Je les hais. Vraiment.

La grippe a tué 11.400 personnes cet hiver. Naaaan… Je n’ai vraiment pas de chance !!!

PS : si tu n’as pas d’humour, ne viens plus. Mais bon, parfois, je ne plaisante pas……

20150317_183127_p

C’est joli aussi Bergues…